Défense et illustration de la beauté sur Terre et dans les textes

Cette communication a été donnée dans le cadre du colloque intitulé « Jean-Paul Michel : la surprise de ce qui est » qui s’est tenu au Centre Culturel International de Cerisy du 12 au 19 juillet 2016, sous la direction de Michael BISHOP, Matthieu GOSZTOLA, avec la participation de Jean-Paul Michel.

Présentation de l’intervenant

Michel Collot, professeur émérite de Littérature française à l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3, a travaillé principalement sur la poésie moderne et contemporaine. Il a édité les Œuvres poétiques complètes de Supervielle et dirigé la section XXème siècle dans l’Anthologie de la poésie française du XXe siècle dans la Bibliothèque de la Pléiade (Gallimard, 1996 et 2000); et publié cinq recueils de poèmes, parmi lesquels Chaosmos (Belin, 1997), Immuable mobile et De chair et d’air (La Lettre volée, 2002 et 2008).

Résumé de la communication

Une émotivité excessive et une culture classique portaient naturellement Jean-Paul Michel vers le lyrisme et des idéaux de beauté, de bonté et de vérité. Dans les années 1970, il a cherché à les mettre à distance par crainte de sombrer dans un expressionnisme et un idéalisme que les avant-gardes littéraires de l’époque récusaient et accusaient de complicité avec l’idéologie dominante. Les années 1980 marquent un tournant dans sa pratique et dans sa conception de la poésie : ses poèmes font place à une expression de plus en plus lyrique et spontanée et sa poétique réaffirme les pouvoirs de la poésie après avoir fait l’épreuve de leur perte et sans rien ignorer de ce qui les conteste. Cette communication se propose de dégager les idées-forces de cette poétique, inséparable d’une éthique, et les formes que revêt cette seconde manière. Elles situent Jean-Paul Michel dans un écart délibérément assumé vis-à-vis de toute une tendance de la production poétique : il peut paraître en effet poétiquement incorrect de défendre et d’illustrer aujourd’hui, comme le fait Jean-Paul Michel dans son activité d’éditeur, de poète et de philosophe, la place du Vrai, du Beau et du Bien. C’est sous les auspices de cette triade platonicienne, volontiers honnie par nos contemporains, que se placera la lecture de cette œuvre aussi exemplaire qu’intempestive.

* La prise de son de cet enregistrement à Cerisy-la-Salle a été assurée par Noah Bourjea et Matthieu Gosztola

Conférence proposée par Canal U, plus d’info sur le site de Canal U




Leave a Reply

Your email address will not be published.


Comment


Name

Email

Url