Ni le voir, ni l’avoir

jeanLucNancy Ni le voir, ni l'avoir

Cette conférence a été donnée dans le cadre du colloque intitulé L’archipolitique de Gérard Granel, qui s’est tenu au Centre Culturel International de Cerisy du 16 au 23 juillet 2012, sous la direction d’Alain LESTIÉ et Elisabeth RIGAL.

Présentation de l’intervenant

Jean-Luc Nancy est professeur émérite à Strasbourg. Il a soutenu sa thèse d’Etat en 1988 sous la direction de Gérard Granel ; il a écrit un commentaire du dernier article de celui-ci (« Loin de la kénose, jusqu’où ?« ) et codirigé avec Elisabeth Rigal le volume d’hommage Granel, l’éclat, le combat, l’ouvert en 2001; il participe en 2012 à la journée du Collège international de philosophie sur l’ouvrage posthume Apolis.

Résumé de la communication

A l’occasion du colloque consacré à Gérard Granel à Cerisy-la-Salle en juillet 2012, j’ai voulu consacrer mon exposé à un texte un peu exceptionnel dans l’oeuvre de Granel, « Un désir d’enfer » (recueilli dans le volume posthume Apolis publié par TER. En effet ce texte est d’une part inachevé, et donc en ce sens le dernier texte de Granel, d’autre part consacré au désir, thème qui apparaît ailleurs chez G.G. mais ne fait pas l’objet propre d’un autre texte. Or le désir – ce texte le laisse voir même si ce n’est pas son motif majeur – représente en quelque façon l’inverse du principe de production que G.G. met en cause dans tant de ses textes consacrés à la modernité et au Capital. En outre, sa réflexion s’articule ici à partir d’une lecture de Dante extrêmement suggestive.

Conférence proposée par Canal U, plus d’info sur le site de Canal U




Leave a Reply

Your email address will not be published.


Comment


Name

Email

Url